LE BLOG POLITIQUE DE LUC JOUSSE

Le 16 juin 2020

L’APPEL DU VIDE : Municipales de Roquebrune sur Argens, 28 juin 2020…

Auteur : Luc Jousse

Avant de vous donner mes consignes de vote, que tant me réclament au point que je ne peux y répondre individuellement ( j’ai plus d’abonnés à ma page Facebook que d’électeurs présents au 1er tour !), et alors que j’ai tenu à rester un observateur silencieux depuis suffisamment longtemps, permettez-moi tout d’abord de livrer à mes abonnés, à mes amis ou à mes anciens électeurs, une analyse brute de décoffrage comme à l’accoutumée de la situation actuelle : en réalité, je suis à la fois en colère et résigné ! Mais, c’est la der…

J’ai évidemment dégusté avec un immense plaisir les prises de position si pertinentes des professeurs Didier RAOULT & Christian PERRONNE, d’Eric ZEMMOUR, de Natacha POLONY, de Michel ONFRAY, de Philippe de VILLIERS, de Jean-Marie BIGARD ou de CHARLIE-HEBDO, et il n’est plus nécessaire ici de les commenter tant elles ne peuvent qu’être approuvées par tous les gens de bon sens.

Oui, notre gouvernement a bien mal anticipé cette crise sanitaire (frontières laissées ouvertes, pas de masques, pas de tests, pas de gel hydroalcoolique, pas de traitement, un hôpital public à l’abandon depuis des années…), l’a bien mal géré alors que les couacs politiques, les contradictions, ont été nombreux et que le virus a endeuillé finalement la France à peine plus qu’une grippe. MACRON et ses sbires ont failli. Et tout ça pour ça ?

Oui, ce sont les pays les plus riches et puissants du monde qui ont été le plus touchés. Oui, c’est une crise économique sans précédent qui va fracasser prioritairement les pays ayant pratiqué ce confinement critiquable à bien des égards, dont la France. Oui, ce gouvernement Macronien ( dont Jean CAYRON est le candidat à Roquebrune sur Argens, faut-il le rappeler ) a honteusement menti aux français, s’est même moqué d’eux avec le gag des masques, celui de l’hydroxychloroquine, ou du retour raté à l’école. Oui, il n’y aura pas de seconde vague et les précautions électorales du second tour sont superfétatoires, surtout lorsque l’idiot CASTANER laisse des manifestations interdites se dérouler au prétexte d’une « émotion ». Oui, les « élites » ont méprisé les français avec arrogance. Oui, nous avons assisté à une honteuse collusion de la peur entre les médias inquisiteurs et le pouvoir. Oui, cet Europe des technocrates s’est une fois de plus révélée inutile (demandez à nos amis italiens !). Oui, l’administration médicale est un mammouth qui tue à petit feu intentionnellement notre système de santé. Oui, ce gouvernement vient d’appauvrir davantage encore les classes moyennes et populaires, alors que notre dette abyssale vient littéralement d’exploser, avec un pays malade à l’arrêt. Oui, tout ce qui vient de se passer est un authentique désastre…

Oui, tuer un être humain en direct, qu’il soit noir ou blanc, est odieux, et ces policiers-là, au QI de calamar, doivent être condamné pour meurtre. Non, il ne faut pas faire d’amalgame…

Mais dans quel monde vivons-nous ? Un monde où, comme je le dis dès la première phrase de mon livre, on ne peut plus rien dire, on ne peut plus rire de tout, un monde où la censure, la repentance, la bien-pensance, l’automutilation intellectuelle, le principe de précaution érigé en dogme… ont pris le pas sur la raison et le bien vivre. Je ne me reconnais décidemment plus dans ce pire monde là…

Tout cela serait pathétique si d’aucun ne tentait pas une odieuse récupération : vouloir comme MACRON se forger un nom dans l’Histoire n’est pas simplement un tantinet mégalo, elle repose aussi sur un invraisemblable paradoxe : comment ces énarques qui ont privé la France de ses frontières et de sa monnaie, qui ont détruit son industrie, laminé ses institutions, pulvérisé l’enseignement de l’Histoire de France, balayé la décentralisation, comment peuvent-ils rêver de marquer la mémoire d’un peuple qu’ils ont entrepris de fondre dans un hypothétique « peuple européen » ? , alors que Maastricht est le plus grand échec idéologique depuis des lustres…

À quel peuple de France rêvent-ils quand ils ouvrent grand les frontières à des millions de migrants musulmans qui ne viennent pas toujours pour commémorer Napoléon ni Charles de Gaulle ? À quel peuple de France rêvent-ils lorsque le confinement ne touchait pas les « pauvres chéris » du 9-3 ? A quel peuple de France rêvent-ils quand ils mitraillent à coups de LBD les gilets jaunes révoltés de ceux que leur politique a relégués à la périphérie ? A quel peuple de France rêvent-ils lorsque leurs députés « en marche », en pleine crise du Covid, souhaitent régulariser tous les sans-papiers ? A quel peuple de France rêvent-ils lorsqu’ils passent par ordonnance au prétexte du Covid des lois rétrogrades en faveur du grand patronnat et des superbanques ? Force de l’inconscient, Emmanuel MACRON continue de rêver national quand réforme après réforme, c’est un pays entier qu’il éparpille, dans une incroyable manipulation machiavélique ?

Et que dit son candidat « En marche » à Roquebrune sur Argens ? Comme d’habitude, Jean CAYRON, que je connais bien pour l’avoir eu comme opposant aphone et sans idées, ne dit rien, ne pense rien, car il ne sait ni penser et encore moins réfléchir… bref c’était et c’est toujours aujourd’hui une coquille vide, de la poudre de Perlinpinpin ! Saura-t-il donc gérer demain une telle commune, évidemment non ! Jean CAYRON, je l’ai déjà dit, n’est qu’une marionnette manipulée par des revenchards ! Les électeurs décideront le 28 juin… mais que personne ne vienne se plaindre demain du désastre qui attend aussi notre commune, j’aurai suffisamment prévenu que Jean CAYRON ne sort pas du Cours Simon !

Je ne m’étendrai pas sur le fourbe et nullissime Julien LUCHINI, « le candidat du désespoir » (Sic !), candidat adoubé et sponsorisé par mon 1er adjoint Jean-Paul OLLIVIER, « sa majesté-elle-même », qui a dû s’étrangler le soir des résultats devant les pitoyables 15,4 % des voix qu’a recueilli son sinistre candidat, un camouflet dont nul ne se remet. Après cette digestion difficile, j’ai lu que des dossiers auraient disparus de la mairie… ? C’est drôle comme l’histoire se répète, j’ai raconté un épisode similaire dans mon livre, « Le Plaisir de tout dire, confessions d’un maire atypique qu’il fallait brisé »… Pourquoi diable Jean-Paul OLLIVIER, ancien maire-adjoint aux travaux, à l’urbanisme et président de la commission d’Appel d’offres de 2001 à 2016, fait-il, sournoisement, disparaitre certains dossiers comme l’a fait Jean-Pierre SERRA en son temps ? OLLIVIER-SERRA même turpitude ? Moi, quand je suis parti, je lui ai tout laissé… Je n’avais et je n’ai toujours rien à cacher, rien à me reprocher.

J’en viens à la surprise du 1er tour, Ken TISSIER. Arriver à 37 voix de LUCHINI, qui a pourtant bénéficié de tous les moyens illégaux de la mairie – et ce n’est pas moi qui le dit ! – est un exploit à saluer. Du haut de mes 61 ans, ma mémoire ne se souvient pas avoir rencontré un jour ce Ken TISSIER durant mes seize années de mandat, qu’il m’en excuse si c’est inexact ! Pour autant, son programme tient la route, son équipe aussi, et son statut de chef d’entreprise – qui lui a réussi à l’inverse d’un LUCHINI qui a tout raté – lui confère une certaine aura et une forme de légitimité. D’aucun de mes amis, qui l’ont rencontré, m’en ont dit le plus grand bien, même s’il se dit qu’il serait soutenu par des gens qui ne m’aiment pas…! « J’en entends qui disent » que Patrice AMADO, candidat du RN et des droites, se serait rallier à Julien LUCHINI, c’est parfaitement faux. Patrice AMADO considère à l’inverse que nul n’est propriétaire de ses voix et laisse ses électeurs du 1er tour libres de voter pour le candidat de leur choix, sage attitude !

En d’autres termes et par défaut, ne pouvant me résoudre à faire appel à voter lors de ce second tour atypique ni pour Jean CAYRON et encore moins pour Julien LUCHINI, moi qui suis toujours resté près du « peuple », je fais publiquement appel à se déplacer aux bureaux de vote, tant le risque CORONA est insignifiant, et à voter pour le 3ème homme, la liste du candidat Ken TISSIER. Même s’il ne gagne pas dès cette élection, il pourrait, après avoir fait ses classes en apprenant la fonction publique (car certaines de ses prises de position ont fait beaucoup sourire les fonctionnaires municipaux de Roquebrune et d’ailleurs… par leur incohérence !), devenir le prochain maire, donc un de mes successeurs, dans 6 ans… Tout cela n’étant évidemment qu’une hypothèse « politiquement incorrecte » !

Voilà, comme je vous l’ai dit en introduction, ce sera mon dernier blog, ma dernière intervention : je souhaitais poursuivre mon activité d’homme public jusqu’aux municipales… c’est fait. Mes amis David RACHLINE, Frederic MASQUELIER et Guillaume DECARD sont à la tête de la CAVEM que j’ai contribué à créer, je peux dormir tranquille ! Désormais à la retraite, je vais consacrer toute mon énergie à d’autres tâches et d’autres objectifs que la politique et enfin m’occuper de ma famille et de mes vrais amis, des vraies choses de la vie ! La politique a été pour moi une belle et longue aventure : « rebelle moderne », j’ai pris beaucoup de coups, beaucoup trop, que je ne méritais pas. Dans ce « système », j’ai découvert trop de violence, trop d’hypocrisie, trop de méchanceté, trop de jalousie, trop de paroles bafouées, trop de coups tordus, trop de corbeaux, trop de collabos, trop de vengeance, trop d’acharnement à détruire, trop d’administration… ce ne sont ni mes convictions, ni mes valeurs… alors c’est décidé : aujourd’hui, je tire ma révérence !

«  Je voudrais ici remercier chaleureusement toutes les personnes qui  cru en moi, m’ont motivé et m’ont donné des ailes de battant tout au long de cette incroyable aventure en mairie de Roquebrune, 16 années durant. J’ai puisé mon ardeur, ma clairvoyance et mes résultats dans leur confiance, des compagnons militants, des collaborateurs loyaux, des fonctionnaires passionnés aux « Joussettes ». Durant cette époque, j’ai rencontré de belles personnes, que je ne suis pas prêt d’oublier. J’aimerai ici leur exprimer toute ma gratitude. » (Page 307)

« Je ne puis rien acheter avec de l’argent, qui vaille plus cher que le plaisir d’avoir dit ce que je voulais dire. »

Antoine de Saint-Exupéry

3.6 8 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x