LE BLOG POLITIQUE DE LUC JOUSSE

Le 17 avril 2019

Incendie de Notre-Dame de Paris : MACRON esquive les réponses au pseudo-grand débat, c’est la double mascarade !

Auteur : Luc Jousse

Qu’on puisse reporter les réponses à la souffrance de la France d’en bas (Cf celle des gilets jaunes) au prétexte de l’incendie de Notre -Dame de Paris me choque, comme beaucoup d’entre vous. Bien sûr, la souffrance française est immense de voir cet édifice séculaire ainsi incendié, notre émotion intense.

Mais un doute s’est installé en moi : es-qualité de maire, j’ai restauré avec de l’argent municipal (1.6 millions d’euros) notre église Saint-Pierre Saint-Paul du XIème siècle, en plein cœur du village médiéval de Roquebrune.  Justement parce qu’elle est classée monument historique, aucun travail n’est possible sans le contrôle rigoureux des Bâtiments de France. Je me souviens très bien que notre charpente en bois était protégée comme personne. Pour m’être rendu plusieurs fois sur le chantier, avoir escaladé les échafaudages, chaque intervention de l’entreprise spécialisée était toujours accompagnée par des historiens, des spécialistes de la DRAC, des experts. Aucune intervention n’a pu à l’époque être envisagée sans une précaution inouïe, chalumeaux interdits, utilisation obligatoire de matériels électriques certifiés, un ensemble de dispositifs et de procédures de sécurité électrique à respecter, un système d’alarme incendie coûteux mais performant…

Avec une telle surveillance stricte, il était à Roquebrune impossible d’envisager le moindre accident, le moindre départ de feu, le moindre court-circuit.

Aussi, le doute s’est installé en moi… trop pragmatique pour être influençable. Comment ce qui est un principe de précaution à Roquebrune sur Argens n’a pas été transposé à Paris, a fortiori dans un tel joyau que la Cathédrale Notre-Dame ? Impossible. C’est donc forcément un incendie volontaire, criminel. Dois-je rappeler que l’église Saint-Sulpice, à Paris également, en mars 2019, vient de subir un début d’incendie, dont les investigations ont déterminé avec certitude l’origine du sinistre : « selon les premières conclusions du laboratoire central de la préfecture de police, les origines sont humaines et délibérées… ». Dois-je rappeler également que dans ce climat religieux délétère, plusieurs églises viennent d’être profanées ces dernières semaines, dont le saccage de la basilique de Saint-Denis – tombeau des rois de France – dans un silence médiatique assourdissant.

Atteindre la France toute entière en touchant Notre-Dame peut-il être un objectif ? La réponse est oui, car on commence à parler de « dysfonctionnements » ça et là… pire : un groupe de propagande de Daesh a semble t-il célébré l’incendie qui a ravagé notre cathédrale Notre-Dame de Paris, la qualifiant de « punition et rétribution » ?

Je laisse à votre perspicacité le partage ou non de mon doute ! Mais il n’est pas absurde de s’interroger sur les causes de l’incendie, et surtout de s’étonner de la précipitation des médias à nous dire que la cause est forcément accidentelle ? comme le précise avec perspicacité Philippe Karsenty…

Pour autant, depuis la loi de la séparation de l’Eglise et de l’Etat de 1905, cette église est propriété de la ville de Paris, donc de l’Etat, qui, à preuve du contraire, est assuré dans le cadre d’un appel d’offre. Aussi, cette avalanche de dons de personnes physiques ou morales, qui atteint des sommes « totalement » astronomiques (c’est un jeu de mots !), me semble profondément obscène, voire superfétatoire, dans une période économique difficile pour des millions de français, dont je partage le désarroi ces derniers temps. En effet, force est de constater « l’inertie des grands groupes face à la misère sociale alors qu’ils prouvent leur capacité à mobiliser en une seule nuit un pognon de dingue pour Notre-Dame ». En effet, il apparait que la motivation de nombreux donateurs soit la déduction fiscale, tout en se donnant bonne conscience, ce qui ne cache ni la misère, ni l’austérité. Maintenant, depuis que je sais que l’assureur des entreprises du chantier est AXA, mon malaise est rassuré : Saint « Jordi Ginesta » veille sur nous, pauvres pêcheurs !

Pardonnez-moi, mais ce déballage de subventions me laisse un mauvais arrière-goût, dans cette France gouvernée par des imbéciles idiots… et pendant ce temps, MACRON reporte aux calendes grecques ses mesures pourtant télévisuellement enregistrées, soi-disant de redressement pour la France, bien qu’exigées au plus vite par ce mouvement inédit et historique des gilets jaunes… vous avez dit « chanceux » ou « opportuniste » ?

Comme le disait le grand DESPROGES : « le doute m’habite » !

0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x