LE BLOG POLITIQUE DE LUC JOUSSE

Le 19 novembre 2019

DROIT DE REPONSE A JOEL PASQUETTE, CE TARTUFFE MYTHOMANE…

Auteur : Luc Jousse

Dernier maire élu en 2014, j’ai pris connaissance avec stupéfaction des allégations mensongères du candidat Joël PASQUETTE aux municipales de Roquebrune-sur-Argens 2020, dont certaines me concernent. Je souhaite exercer un droit de réponse, au nombre de mots identiques à l’article, conformément aux règles de la presse, alors que Messieurs PAOLI & THUET, de VAR-MATIN, qui sont pourtant en possession de mon mail, n’ont pas daigné déontologiquement me contacter avant rédaction…

               Il est totalement mensonger d’oser prétendre que, lors d’une réunion du 4 octobre, j’aurais décidé de l’organigramme de la liste du candidat Patrice AMADO. Il se trouve que c’est un ami et que nous nous connaissons de longue date, de l’époque en fait où il était maire-adjoint à l’environnement et à la sécurité de Sainte-Maxime. Patrice AMADO m’avait convié à cette rencontre avec ses colistières et colistiers, sa directrice de campagne, afin justement que je puisse répondre à leurs questions, es-qualité d’ancien maire depuis 2001. Ils souhaitaient être éclairés sur des dossiers majeurs de Roquebrune, que je maîtrise encore parfaitement pour les avoir initiés. La seule assertion de Joël PASQUETTE, précisant « Luc avait son portable ouvert… » en dit long sur son affabulation délirante, car tout le monde sait depuis longtemps que j’abhorre cet outil et que je m’offre le « luxe » de ne pas être captif d’un téléphone portable ! Comment ose-t-il prétendre, sans preuves aucunes, que je dicterais mes choix au Candidat AMADO sur ses colistier(e)s que je découvrais à peine ? Tous ceux présents ce soir-là peuvent aisément le confirmer. Je l’ai à l’inverse félicité pour leurs qualités et leur ouverture d’esprit. Je ne suis ni candidat, ni présent sur aucune liste, ce que j’ai précisé dans mon livre « LE PLAISIR DE TOUT DIRE, confessions d’un maire atypique qu’il fallait briser », ajoutant à qui voulait l’entendre que plus jamais je ne me représenterai, tant ce milieu est fait de coups tordus, en voici une preuve de plus !

               Il est totalement mensonger d’oser prétendre que je lui aurais dit « Je vais te massacrer… » (ce qui fait quand même le titre racoleur de l’article de Var-Matin !). Par contre, j’affirme lui avoir répété « Tu vas te faire massacrer électoralement ! » – ça c’est certain – et je donne rendez-vous aux lecteurs au soir du 1er tour en mars 2020 ! Aussi, soit le candidat Joël PASQUETTE est sourd, soit c’est un affabulateur mythomane… car le sens de ma phrase n’est pas du tout le même que ce qu’il aurait compris !

               Il est totalement mensonger d’oser prétendre que Joel PASQUETTE avait « chopé Patrice AMADO » ce soir-là pour lui annoncer qu’il avait demandé l’investiture RN. Pour en avoir effectivement parlé avec des responsables RN fréjusiens, David RACHLINE et Julien JOUNIAUX, tout le monde savait (sauf lui !) que Joël PASQUETTE n’avait aucune chance d’avoir l’investiture RN, ne serait-ce que parce que ses propres colistiers roquebrunois de 2014 ne voulaient pas repartir avec lui comme tête de liste ! CQFD

               Il est totalement mensonger d’oser prétendre que je souhaitais « acheter sa compréhension…». D’abord, que comprend-il exactement ? Secundo, parce que tout comme son mentor Nicolas DUPONT-AIGNAN, que je connais bien, il ne dépassera jamais la barre fatidique du second tour, en l’occurrence 10% dans le cas qui nous concerne. Joël PASQUETTE ne représente donc absolument aucun danger électoral, mieux vaut l’ignorer ! Lui seul se voit le prochain maire de Roquebrune ! L’écouter par contre le prétendre sans tousser est un authentique gag cauchemardesque ! En lui téléphonant, j’ai effectivement tenu à annoncer cette soirée-là à Joël PASQUETTE que le RN soutiendrait le candidat de l’Union des Droites, Patrice AMADO comme je l’avais prédit, et que Julien JOUNIAUX allait, par courtoisie, lui confirmer, ce qui est logique et conforme aux bonnes manières de Julien JOUNIAUX. J’ai calmé en quelque sorte les fantasmes électoraux de PASQUETTE, qui m’avait confirmé avant le rendez-vous qu’il voulait coûte que coûte être candidat… que c’était un N°1 et en aucun cas un N°2… qu’il tenait absolument à « toucher  des indemnités » comme avant (il en percevait lors de mon dernier mandat) : je lui ai donc proposé de le soutenir, le cas échéant, afin qu’il obtienne un futur « poste », dès lors qu’il serait, à l’évidence réélu, c’est dire si je me moquais ! Absolument rien de grave à « réserver » une fonction prochaine à un élu qui se présente, surtout que PASQUETTE n’exige pas les affaires culturelles de la CAVEM ! En aucun cas cette fonction « hypothétique » n’est systématiquement rémunérée, et de là à rêver à un salaire de 2500 € mensuel comme le fantasque PASQUETTE l’imagine dans sa « fabuleuse » histoire, puis-je ici rappeler que ce sont les indemnités d’un Vice-Président ! Il semble que Joel PASQUETTE prenne ses rêves les plus fous pour des réalités ! Et s’il ne garde pas demain son poste d’élu, pourquoi pas aussi un émolument futur de 4000 € mensuel comme futur directeur de cabinet du futur président de la future CAVEM ! Heureusement que le ridicule ne tue pas, PASQUETTE perdrait immédiatement toutes ses hallucinations pathétiques qui prêtent plutôt à sourire… car je n’aborde même pas ici le sujet des qualités intellectuelles minimales à toutes ces fonctions politiques… Qui suis-je de surcroît pour promettre quoi que ce soit à quiconque alors que je ne suis plus élu, n’exerce plus aucune responsabilité ou pouvoir ? Lui aurais-je proposé un poste dans la future CAVEM, dont les 47 futurs conseillers communautaires ne seront élus qu’en mars 2020, ou dès maintenant auquel cas il s’agirait d’un « accord » imaginaire avec Roland BERTORA son président actuel ? Je vois mal en effet ce que David RACHLINE vient faire dans cette histoire de CAVEM, évincé honteusement de la direction de la CAVEM par Jordi GINESTA depuis 6 ans ! Je rappelle ici le vrai scandale de la ville de Fréjus à la CAVEM : son vice-président en est l’ex-opposant vaincu Philippe MOUGIN et non son maire David RACHLINE, un déni de démocratie ! On voit bien qu’une fois analysé, ce que décrit PASQUETTE devient sérieusement risible… Il est vrai que quand on connait l’individu, je suis loin d’être le seul à sourire de ses hallucinations mythomanes !

J’ai la particularité d’assumer ma franchise, mon parler-vrai et je le prouve dans mon blog politique www.luc-jousse.com suivi par quelques 4000 abonnés. Je publie donc ce jour sur ce blog en simultané, ce que j’ai ouvertement à répondre au candidat Tartuffe PASQUETTE, qui ne cherche qu’à faire du mauvais buzz en réalité. Je revendique d’être en droit d’accepter, n’en déplaise à certains, les invitations cordiales de mes amis politiques, sans que nos échanges soient taxés de « petites magouilles ». David RACHLINE n’est du reste pas le seul collègue et ami élu qu’il m’est agréable de rencontrer lorsque je suis de passage dans l’est-Var, et oui il nous arrive de deviser ensemble sur l’avenir de la communauté d’agglomération CAVEM, dont je suis – puis-je me permettre de le rappeler – un des élus fondateurs après avoir créé et présidé la communauté de communes Pays Mer Esterel !

En conclusion de cette histoire « abracadabrantesque » que Joel PASQUETTE s’est évertué à construire, sinon pourquoi chercher absolument à m’enregistrer a priori et prétendre des menaces qui n’apparaissent nullement dans ce message banal ?, le sieur PASQUETTE ferait surtout mieux de méditer cette merveilleuse citation de Charles PASQUA : « En politique, les promesses n’engagent que ceux qui les croient ».

La rancœur du candidat Joel PASQUETTE envers ses anciens partenaires, dont David RACHLINE et Fabrice CURTI, constitue un pitoyable début de campagne. PASQUETTE, je le connais bien puisque je parle de lui sans le citer dans mon bouquin : il fait partie des nombreux élus de mon ancienne équipe – à qui, occupé par ailleurs, j’ai fait malheureusement confiance – qui utilisaient le plus fréquemment les 3 cartes de carburant du cabinet du maire, donc à mon nom, tout en ayant le toupet de me refuser une attestation reconnaissant leurs missions, n’étant évidemment pas moi-même l’auteur de ces pleins de gasoil ! Mon conseil avait en effet besoin de les produire pour ma défense devant le tribunal. Joel PASQUETTE et les élus soutenant le candidat Julien LUCHINI, sont donc ceux de mes propres colistiers, de mes propres « amis », qui ont contribué intentionnellement à mon éviction de la scène politique locale (sic), belle vertu de reconnaissance pour tous ces Judas de la politique !

Puis-je former le vœu que les campagnes des élections municipales de Roquebrune-sur-Argens, Fréjus, Saint-Raphaël, Puget-sur-Argens, se déroulent enfin avec un vrai débat de fond, projets contre projets pour les aspirants, bilans contre bilans pour les sortants, plutôt que ces lamentables calomnies de caniveaux, tant ce que je lis ces derniers temps, dans certains médias et sur les réseaux sociaux, est affligeant…

« Les journalistes ne croient pas aux mensonges des hommes politiques, mais ils les répètent ! C’est pire ! » Coluche

0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x