LE BLOG POLITIQUE DE LUC JOUSSE

Le 8 octobre 2019

COURSE DES MUNICIPALES ROQUEBRUNE / LA LISTE DES ENGAGES SE PRECISE…

Auteur : Luc Jousse
Le ravi de la crèche !

Ne résidant plus géographiquement dans le Var et ayant annoncé dans mon bouquin « Le plaisir de tout dire » que je ne reviendrai plus en politique, je me plais à lire tous les commentaires farfelus qui me prête un avenir auquel je n’ai même pas songé ! Toutes ces inepties venant essentiellement du duo comique CAYRON-MIMOUNI, je vois à quel point, plus de 3 ans après mon retrait de la vie politique, ils n’ont pas changé dans leur médisance et leurs ragots, plus que jamais négatifs. Ils continuent à se discréditer car l’électeur aujourd’hui, pour en avoir rencontré et saluer beaucoup, souhaite définitivement en finir avec cette guéguerre JOUSSE-SERRA qui dure depuis 2001. Le match est fini, il s’est soldé par un 3-0 en ma faveur, point ! Les candidats sérieux d’aujourd’hui sont passés à autre chose ; heureusement, cela permettra d’élever le débat, ce que Jean CAYRON est incapable intellectuellement de faire, j’ai lu son article totalement « creux » dans la presse !

De passage dans le Var pour le mariage d’un de mes fils, j’ai rencontré, à leur demande, plusieurs candidats ! Tous s’inquiètent de l’état des finances municipales qu’ils vont trouver en arrivant aux responsabilités : de mon calcul, il manque pas moins de 6,5 millions d’euros dans les caisses de la ville, dans le budget « recettes exceptionnelles », pourtant votées à l’époque par mes ex-compères ? C’est évidemment la solution irresponsable de l’emprunt qui a été le choix lâche de mon 1er adjoint OLLIVIER, conseillé avec une constante nullité par son directeur de cabinet inexpérimenté qu’était LUCHINI. C’est dire que les débuts du futur maire ne vont pas être budgétairement faciles et qu’il s’agit de choisir sacrément quelqu’un de bien pour éviter une flambée de la fiscalité locale !

Ce statut d’observateur extérieur « avisé » me permet une certaine prise de hauteur afin d’être le plus objectif possible : J’ai donc découvert avec attention les premières publications des candidats et je dois dire que si j’ai trouvé d’une banale platitude les premiers écrits de CAYRON ou LUCHINI, deux champions du « bonisme », la lettre aux associations de Johnny RODRIGUEZ était fort bien tournée et pertinente !

J’ai lu évidemment la déclaration sur sa page politique du candidat Patrice AMADO, que je connaissais déjà puisqu’il est resté maire-adjoint à la sécurité, à l’environnement et aux affaires maritimes durant 2 mandats à Sainte-Maxime, ainsi que conseiller communautaire. J’ai connu Patrice AMADO aussi en tant que pompier professionnel au début de mes mandats. C’est et ce sera effectivement le seul candidat de droite. Il ose afficher ses convictions républicaines et patriotes et a décidé de porter un large rassemblement de toutes les droites, je ne peux que me réjouir de ses soutiens. Alors que de nombreux militants encartés « Les Républicains » ont d’ores et déjà intégré sa liste, il est surtout le seul  à représenter les sensibilités de la droite sociale, de la droite populaire, de la Fondation iFRAP, du RN, du RPR, du Think-Thank « Alliance pour la France », du CNIP, de « France Bonapartiste », des « Patriotes » et de « Debout la France ». Quelques électrices lui trouvent par ailleurs un air fort sympathique de Richard GERE, ça n’est pas faux !

J’analyse surtout que LUCHINI, qui a pourtant demander avec insistance par écrit l’investiture « Les Républicains », ne l’a pas obtenue, quel désaveu ! LUCHINI semble aujourd’hui bien seul, notamment avec l’affaire très embarrassante des 150 000 tonnes de remblais déversés illégalement en proximité du refuge pour chiens de la CAVEM, qui touche de plein fouet la municipalité de Roquebrune en place. Comment imaginer que LUCHINI n’ait reçu aucune alerte du maire-adjoint à la sécurité, ancien gendarme, dont le bureau est situé devant le passage de tous ces camions 8 mois durant ? Je sais que la police municipale et Thierry CALVET lui ont fait évidemment remonter l’information ( LUCHINI était je le rappelle directeur de cabinet d’OLLIVIER), ainsi qu’à Paul HEIM et François VILLETTE, qui allait jusqu’à demander à l’AVSA d’ouvrir le portail au terrassier (Sic !), contrairement à leurs allégations mensongères ; mais au plus haut sommet de la mairie, on est resté sourd, refusant de verbaliser ; je ne les félicite pas et c’est bien louche ! Quand l’incompétence confine à l’irresponsabilité : «  Charger » une éventuelle responsabilité sur les chiens est dangereux pour LUCHINI, car les chiens de l’AVSA peuvent aussi mordre pour se défendre !

C’est d’autant plus grave qu’ils ont impliqué Roland BERTORA, le président de la CAVEM, par écrit, contraint désormais de demander une protection fonctionnelle dans l’inévitable procédure pénale qui va prochainement exploser et pourrir la campagne.  Certains de ces remblais étant certainement pollués, alors que tous les intervenants de cette affaire sont connus, comment peut-on faire encore confiance à LUCHINI pour régulariser demain cette infraction ? Qu’en est-il aussi de l’autorisation fantasque d’implanter des compteurs électriques dans un quartier résidentiel du Blavet à des gens du voyage en zone inondable, ou une pétition circule à juste titre. Dans le même registre, comment un directeur de cabinet digne de ce nom comme sa succulente altesse LUCHINI peut-il aussi ne pas vivement conseiller à son maire de déposer une autorisation d’urbanisme et un arrêté de défrichement pour l’infrastructure de l’Azur Bike Park, pour laquelle Jean-Paul OLLIVIER est poursuivi à juste titre pour des travaux illégaux sous son mandat, ne serait-ce que pour montrer l’exemple d’un minimum de probité ? N’y a t-il ni adjoint aux sports ni adjoint aux travaux dans cette mairie ? Quelle incroyable légèreté dans l’action municipale ! Il est décidemment temps de donner les rênes de la mairie à une équipe compétente, sérieuse et expérimentée…

En face du candidat officiel des droites Patrice AMADO, Jean CAYRON « le ravi de la crèche », persiste dans son credo écolo-gauchisant. Il portera les couleurs de « En marche LaRem » d’Emmanuel MACRON dans cette élection municipale. Face aux décisions impopulaires du gouvernement MACRON concernant la fiscalité soudaine frappant les micro-entrepreneurs, les classes moyennes et les retraités, le candidat CAYRON va souffrir pour faire passer son apolitisme de façade en pleine affaire BENALLA, son collègue « Macron-compatible » candidat lui aussi aux municipales… Avec désormais les couleurs du gouvernement accrochées à ses basques, Jean CAYRON est donc devenu un fervent soutien du lamentable et menteur ministre de l’Intérieur CASTANER ! c’est assez pitoyable. CAYRON avait pourtant sollicité par écrit également l’investiture « Les Républicains », comme il avait osé solliciter David RACHLINE en 2013 pour se présenter contre moi. Quelle girouette ce CAYRON ! Certains candidats n’ont peur de rien et pour briller en société, seraient prêts à avaler du cirage, disait fort justement COLUCHE ! L’ex-Vice-Présidente de la CAVEM et PDG de la SARGET Valérie MICHAU, a finalement renoncé à toute étiquette et préfère monter une liste indépendante, hors des partis.

Quant à la CAVEM, en réalité le véritable enjeu de ces municipales dans les 5 communes de l’agglomération, nous connaissons désormais la nouvelle clef de répartition des postes communautaires : la prochaine assemblée sera réduite de 52 à 48 conseillers, dont 22 au profit de Fréjus, 15 pour Saint-Raphaël, 7 pour Roquebrune sur Argens, 3 pour Puget et 1 pour Les Adrets. Enfin, je me réjouis d’apprendre qu’une SEM est prévue dans la future gestion de la CAVEM, voilà qui est intelligent et moderne !

A bientôt pour un nouvel épisode !

0 0 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x